17/05/2012. Augustin Dumay cite Sir Colin Davis

From mid July to mid August 2012, Augustin Dumay will be on American and Canadian tour.
More than 10 concerts planned. The program will soon be specified.

Au moment où vont commencer lundi prochain les finales du Concours Reine Elisabeth, méditons ensemble ces quelques pensées tellement d’actualité concernant l’interprétation, les modes, les jeunes musiciens et le monde du marketing musical.

Extrait d’un texte de Sir Colin Davis
À notre époque l’interprétation se divise en plusieurs tendances.
 Il y a l’industrie des musiciens jouant sur les instruments anciens, respectueux absolus des indications figurant sur la partition. À mon avis, c’est un non-sens. Ces éléments ne nous renseignent pas sur la façon de jouer aux différentes époques et prétendument voulues par les compositeurs.
 Stravinsky m’avait un jour dit alors que j’étais un jeune chef d’orchestre, fier de respecter ses indications : “mon cher garçon, elles ne se trouvent en réalité qu’en début de la partition”.
 D’un autre côté, il existe une tradition musicale ancienne à laquelle Arthur Grumiaux appartient. Une tradition de la passion pour la musique que l’on trouve notamment dans les pays germaniques également représentée par des solistes comme Artur Schnabel, Claudio Arrau, et d’autres encore. 
C’est toute cette tradition qui dépasse les effets de la mode, des artifices générés par les conjonctures de l’industrie de la musique, du marché du disque, des concurrences entre les “vedettes”.
 Aujourd’hui, tout doit être réalisé rapidement. La maturation d’une œuvre, la maturité d’un parcours humain, ont cessé d’être des pôles d’attraction pour un bon nombre de jeunes interprètes. 
La spirale vertigineuse de la perfection technologique et de la précision technique nous éloigne de la musique.
 ” Jouez du Wieniawski et devenez une célébrité”.
Arthur Grumiaux était diamétralement à l’opposé de toute cette facilité superficielle.

Pour conclure, merci cher Colin Davis de remettre l’église au milieu du village, même si à mon sens, les plus grands musiciens baroques comme Nikolaus Harnoncourt, John Eliot Gardiner et quelques autres appartiennent aussi à la tradition musicale à laquelle il est fait référence.